Le King Drum

Le King Drum

Jean-Jacques Lemêtre avait connaissance d’une théorie du 18e siècle et de réflexions du luthier Adolf Sax (l’inventeur du saxophone), selon lesquelles la cuve d’un tambour n’était guère nécessaire au son qu’il produisait.
Sur la question fatidique « pourquoi pas ? », je me suis lancée à fabriquer un tel tambour. L’idée par rapport aux Atrides… était qu’il devrait représenter un tambour déterré et donc ruiné.

Les morceaux d’acier irréguliers soudés à la bague qui reçoit la tête du tambour, et du demi-cercle qui le supporte, permettaient de lui donner une stabilité que je pensais importante.
Jean-Jacques croyait que, joué très fort, le son de ce tambour pourrait se déplacer horizontalement pour un effet qu’un tambour normal (avec cuve) ne donnerait pas. Effectivement, le son de King Drum, lorsqu’il est joué fort, ressemble à un éclat de tonnerre, avec toute la violence soudaine que cela suppose.

Un peu amourachée de mes efforts et du spectacle auquel il était destiné, je me suis mise à faire une petite sculpture pour chaque point de serrage de la peau du tambour. Ainsi sont nés « Leda », « Le Minotaure », « Le tribun », « La Toison d’Or », « Agamemnon », parmi d’autres.
J’ai été particulièrement récompensée par l’affection des acteurs pour ce tambour.

King Drum s’est inséré dans les intentions du compositeur et le jeu des acteurs.

Oeuvre conçue pour la pièce de théâtre: “Les Atrides” .